MESURES POUR L’IDENTIFICATION DES DÉLINQUANTS

La Swiss Football League lutte de manière résolue contre la violence entourant les matchs de football. Elle met l’accent sur l’identification et les sanctions des délinquants. Pour ce faire, elle réunit, dans le cadre d’un projet pilote, les témoignages d’actes délictueux lors de rencontres de football. En outre, elle examine et améliore les installations de vidéo-surveillance dans les stades.

Les incidents fâcheux qui se sont produits lors de la rencontre opposant le FC Bâle au FC Zurich, le 12 avril dernier, ont suscité l’indignation publique. «La Ligue et les clubs condamnent catégoriquement et unanimement ces incidents», a souligné Heinrich Schifferle, le président de la Swiss Football League (SFL), lors d’une conférence de presse, qui a eu lieu ce mardi. «Cette unanimité me paraît primordiale. C’est le seul moyen de réussir dans notre entreprise d’endiguer la violence entourant un match de football.»

La Ligue et les clubs acceptent d’assumer leur part de responsabilité en matière de sécurité lors des matchs de football. Ils entreprennent tout ce qui est dans leur pouvoir pour se montrer à la hauteur de leurs obligations. La SFL met l’accent, en priorité, sur l’identification des fauteurs de trouble, qui doivent rendre compte de leurs actes.

Projet pilote pour l’identification de délinquants lors de matchs à l’extérieur de leur club
La Ligue et les clubs empruntent des sentiers nouveaux, dans le cadre d’un projet pilote limité dans le temps, en chargeant une entreprise privée de réunir les témoignages photos et vidéos des actes délictueux commis par les supporters des équipes visiteuses lors de rencontres définies. A l’aide de ces documents, la Ligue demandera à la police de procéder à l’identification des personnes ayant commis des actes délictueux. La Ligue prononcera, par la suite, des interdictions de stade. La police mettra à disposition des autorités judiciaires le matériel filmé et photographié, les témoignages des actes susceptibles de poursuites pénales.

La SFL a procédé à une définition méticuleuse des conditions à réunir au plan juridique. La SFL pense que sa manière d’agir est adéquate et légale, observant les principes de la proportionnalité. Les actions se limiteront à des matchs définis, recelant un fort potentiel de violence. Dans la mesure où le domaine public est concerné, ces actions auront lieu en accord avec les autorités locales. Ne seront filmés et photographiés que les personnes troublant l’ordre public. L’accès à ces images au sein de la SFL se fera de manière très restrictive.

À ce jour ont eu lieu 7 actions dans le cadre de rencontres de championnat et de coupe, dont les coûts ont été assumés par la Swiss Football League (resp. l’ASF, Association Suisse de Football, pour ce qui est de la Coupe). Aucune image n’a été prise sur le domaine public, aucun acte de violence n’ayant été commis en présence de l’entreprise mandatée. Le projet est limité, dans un premier temps, à la fin de la présente saison. Le bilan, qui en sera tiré, décidera de la poursuite ou non de l’expérience.

La rencontre entre le FC Bâle et le FC Zurich du 12 avril dernier a fait l’objet de prises de vue à l’intérieur du stade. Les 26 dossiers établis à cette occasion ont d’ores et déjà été remis à la police cantonale de Bâle Ville, qui transmettra les moyens de preuve à la police communale de Zurich, ainsi qu’aux autorités judiciaires bâloises.

«Good Hosting» et vidéo-surveillance accrue
Le «Groupe sécurité ad hoc», formé à la SFL à l’issue de la saison 2013/14, a dégagé des mesures complémentaires. La commission réunissait 12 personnes, représentants la police, la justice, les responsables des supporters, les clubs et la Ligue. Elle a formulé des propositions pour améliorer la situation prévalant à l’entrée des stades et concernant la poursuite résolue des délinquants, tout comme elle a proposé des mesures de consolidation des responsables des supporters et de la sécurité au sein des clubs, sans oublier un traitement uniforme des interdictions de stade.

Certaines des propositions ont d’ores et déjà été mises en pratique par les clubs. Ainsi, Alain Kappeler, CEO du BSC Young Boys et membre du comité de la SFL, a décrit la manière dont le principe «Good Hosting» est appliqué à Berne: «Depuis quelques matchs, nous accueillons les supporters de l’équipe adverse comme des hôtes bienvenus, non pas par un service d’ordre casqué, mais par du personnel d’accueil formé spécialement. Les réactions ont été unanimes et positives.»

Le BSC Young Boys a investi simultanément dans l’amélioration de l’équipement de vidéo-surveillance dans son stade, aux fins d’identification des auteurs de délits, susceptibles d’être frappés d’interdiction de stade. D’autres clubs envisagent de tels investissements, suite à l’analyse poussée des installations mise sur pied par la SFL ces mois derniers dans la Ligue professionnelle la plus élevée du pays.

Le football comme soupape
Les clubs et la Ligue continueront d’endiguer la violence régnant autour des matchs de football, de concert avec les autres acteurs concernés. Les mesures prises doivent répondre impérativement à des critères appropriés et efficaces, dans le cadre de la loi. La Ligue désapprouve les mesures pouvant mettre en péril les spectateurs pacifiques ou qui pourraient restreindre les droits fondamentaux de la personne.

Le football est révélateur de problèmes, qui ne sont pas dus au sport. «Le potentiel de provocation et de violence, qui se fait jour lors des matchs de football, trouverait d’autres terrains d’expression, d’autres soupapes, si le football n’existait pas», estime Claudius Schäfer, CEO de la SFL. «Ce n’est pas un acte de diversion de notre part, mais un constat, qui ne nous permet pas de vous promettre que vous ne verrez plus d’événements fâcheux se produire dans le football. En revanche, la Ligue et les clubs promettent de tout entreprendre pour que les actes délictueux ne restent pas impunis.»

News

09.12.2019 - Aucun but entre le FC Schaffhouse et le FC Aarau en ouverture de la 17e journée, mais huit dans les quatre autres matches. Nous les avons tous découpés pour vous. Voici le résumé le plus court de la 17e...

09.12.2019 - Tu n'as pas eu du temps à consacrer à la Raiffeisen Super League ce week-end? Aucun problème! En guise de séance de rattrapage, SFL.CH vous propose tous les buts en seulement 132 secondes, y compris (ou...

09.12.2019 - Le 20 janvier 2020, la SFL rendra à nouveau hommage aux footballeurs qui ont marqué l’année 2019 en Raiffeisen Super League et en Brack.ch Challenge League. Il s’agit cette année de la 7ème édition de la...

04.12.2019 - Les buts (naturellement) à l'honneur sur SFL.CH: les 13 goals de la 16e journée de Raiffeisen Super League sont résumés en 94 secondes! À (re)voir et apprécier sans modération!

03.12.2019 - Vous avez manquez un but de la 16e journée de Brack.ch Challenge League ou souhaitez tous les revoir en quelques secondes. SFL.CH vous offre les 16 goals du week-end en moins de 2 minutes et en musique!

29.11.2019 - En 2008, Alain Bieri débutait comme arbitre en Super League. 11 ans plus tard, il découvre le nouveau job comme arbitre assistant vidéo dans le VOR, le tout nouveau complexe aménagé à Volketswil. Tous les...

28.11.2019 - Le premier but après 27 secondes, le second après 138 secondes: L'attaquant des BSC Young Boys, Jean-Pierre Nsame, a inscrit le doublé le plus tôt lors d'un match de première division suisse le weekend...

27.11.2019 - Le 23 novembre 2018, les clubs de la SFL ont donné le feu vert pour la VAR à l’occasion de l’assemblée générale. Le coup d’envoi de la plus importante innovation du 21e siècle pour le football professionnel...

26.11.2019 - Le football suisse est en deuil. Il pleure l'un de ses plus grands serviteurs. L'ancien international et sélectionneur à succès de l'équipe de Suisse Köbi Kühn est, en effet, décédé à l'âge de 76 ans.

26.11.2019 - L'assistance vidéo à l'arbitrage (VAR) a été introduit avec succès en Raiffeisen Super League et est utilisée en Suisse depuis l'été 2019. Le magazine VAR inside vous propose une analyse de certaines scènes...