Match Center Live
  • BCL
    SFC
    RJ
    -:-
    Ve 14.12.18
    20:00
  • BCL
    SCK
    AAR
    -:-
    Sa 15.12.18
    17:30
  • RSL
    SIO
    BAS
    -:-
    Sa 15.12.18
    19:00
  • RSL
    THU
    GC
    -:-
    Sa 15.12.18
    19:00
  • BCL
    CHI
    WIN
    -:-
    Di 16.12.18
    14:30
  • BCL
    WIL
    LS
    -:-
    Di 16.12.18
    14:30
  • RSL
    LUZ
    SG
    -:-
    Di 16.12.18
    16:00
  • RSL
    FCZ
    LUG
    -:-
    Di 16.12.18
    16:00
  • RSL
    XAM
    YB
    -:-
    Di 16.12.18
    16:00
  • BCL
    VAD
    FCS
    -:-
    Di 16.12.18
    16:00
Précédents
Suivants

Responsables de la sécurité

Répression et dialogue

Les responsables de la sécurité veillent à ce que les supporters de football puissent savourer des matchs paisibles. Leur recette: un mélange de répression et de dialogue.

L'arbitre siffle le coup d'envoi du match. Le regard du responsable de la sécurité parcourt les écrans de la centrale d'engagement. Quelque septante caméras surveillent ce qui se passe dans et autour du stade. Cela dit, même lorsque le stade est comble, il est rare que l'on sente de la nervosité ou de l'agitation dans la centrale d'engagement. La raison: Lorsque le coup d'envoi est donné, la majeure partie du travail est déjà accompli.

Quatre semaines déjà avant le match, le responsable de la sécurité recueille des informations sur les antécédents de l'affiche. Y a-t-il eu des incidents lors de la dernière rencontre entre les deux équipes? Y a-t-il des contentieux ouverts entre les supporters? Combien de visiteurs sont-ils attendus? Dès qu'il dispose de toutes les informations, il organise le dispositif de sécurité et procède à une concertation à l'occasion de deux ou trois séances avec la police, le responsable de la sécurité du club visiteur, les pompiers et les secours.

Deux heures avant le match, le responsable de la sécurité se mêle aux supporters et s'informe au sujet de la chorégraphie prévue. Autrefois, deux ou trois supporters en profitaient pour le provoquer. Cela n'arrive désormais plus guère. On se connaît et on se respecte. Une heure environ avant le coup d'envoi, il se rend ensuite dans la centrale d'engagement devant les écrans.

«C’est le bon mélange qui compte»

Giordano Meoli, du FC Lugano, en est convaincu: «En tant que responsable de la sécurité, il est important de ne pas être un supporter de football fanatique. Seule une certaine distance émotionnelle permet d'appréhender les différentes situations de manière neutre et de réagir correctement.» Et son collègue Lucien Schibli, de Basel United, d'ajouter: «C'est le bon mélange qui compte. Le fait d'être un supporter aide à comprendre certains types de comportements afin de pouvoir ainsi combattre certaines tendances de manière suffisamment précoce. Si l'on est trop «mordu», il peut arriver que l'on soit trop pris par les choses, que l'on perde la vue d'ensemble et que le temps de réaction s'en trouve rallongé. Si l'on est trop neutre, on risque de prendre les mauvaises décisions.»

Et la possibilité de prendre de mauvaises décisions est considérable. Il est difficile, placé dans une situation d'urgence, de décider comment réagir face à de la violence ou à la mise à feu d'engins pyrotechniques interdits. Le principe de proportionnalité doit être respecté. À cela s'ajoute le fait que les supporters fautifs dissimulent de plus en plus souvent leur visage. «Nous n'avons tout simplement pas les moyens d'intervenir contre des supporters avec des engins pyrotechniques», déclare Gerold Dünki. Après des actes de violence, il n'est pas rare que les responsables de la sécurité soient la cible de critiques. C'est ainsi par exemple que s'est exprimé un entraîneur dans le Blick après le derby zurichois interrompu d'octobre 2011: «Les responsables du stade ont échoué.»

Ce que cet entraîneur ne dit pas, c'est que chaque fois que le personnel de sécurité va dans un camp de supporters pour se saisir d'une personne qui manipule des engins pyrotechniques, il court le danger de déclencher des protestations. Avec peut-être comme résultat d'envenimer encore la situation. Malgré des problèmes occasionnels, le responsable de la sécurité qu'est Gerold Dünki ne tient pas de propos sévères envers les supporters. «Les supporters donnent beaucoup au club. Il est tout simplement inhérent au football que lors d'un match, les émotions s'exacerbent.»

Head of Safety & Security

Dominique Huber

Tél: +41 31 950 83 00
E-Mail

Formation

News sécurité

05.04.2018 - En collaboration avec la Haute école spécialisée du nord-ouest de la Suisse (FHNW), la Swiss Football League a organisé des séminaires spécialisés sur le thème de la « Prévention et sécurité lors...

03.08.2016 - Plusieurs rencontres entre les instances dirigeantes du football et divers représentants politiques ont permis de mener, ces deux dernières années, un dialogue constructif sur les moyens de lutter contre la...

05.05.2015 - La Swiss Football League lutte de manière résolue contre la violence entourant les matchs de football. Elle met l’accent sur l’identification et les sanctions des délinquants. Pour ce faire, elle réunit,...

19.02.2015 - Les championnats sont sortis de leur trêve hivernale. L'instance faîtière du football professionnel helvétique, la Swiss Football League, n'est pas restée inactive pendant ce temps. La ligue a fourni aux...

21.05.2014 - Une saison jusque-là en tous points pacifique a été ternie durant les dernières journées par le comportement inacceptable de quelques trouble-fêtes violents. La SFL se distance de ces personnes, au nom de...