Match Center Live
  • RSL
    LUZ
    FCZ
    -:-
    Me 22.05.19
    20:00
  • RSL
    SG
    YB
    -:-
    Me 22.05.19
    20:00
  • RSL
    THU
    BAS
    -:-
    Me 22.05.19
    20:00
  • RSL
    GC
    SIO
    -:-
    Me 22.05.19
    20:00
  • RSL
    XAM
    LUG
    -:-
    Me 22.05.19
    20:00
  • BCL
    CHI
    AAR
    -:-
    Je 23.05.19
    20:00
  • BCL
    RJ
    WIN
    -:-
    Je 23.05.19
    20:00
  • BCL
    FCS
    WIL
    -:-
    Je 23.05.19
    20:00
  • BCL
    VAD
    SFC
    -:-
    Je 23.05.19
    20:00
  • BCL
    SCK
    LS
    -:-
    Je 23.05.19
    20:00
Précédents
Suivants

«Un protocole - Utilisé par tous» - Les exigences de l'IFAB

Le 3 mars 2018, l'International Football Association Board (IFAB) a décidé d'inclure l'utilisation de l’assistance vidéo à l’arbitrage (VAR) dans le règlement après une phase de test de deux ans. Les fédérations nationales sont libres de décider si elles veulent utiliser ou non la VAR.

Toutefois, l'introduction de la VAR n'est possible que si les protocoles étendus de l'IFAB sont pleinement appliqués. Les exigences techniques ainsi que toutes les spécifications de l'IFAB pour la formation des arbitres VAR doivent être remplies.

En fin de compte, une acceptation de tous les processus et une autorisation écrite de l'IFAB et de la FIFA sont nécessaires pour utiliser la VAR lors des matches de championnat. Il n'est pas possible de ne pas respecter le protocole donné et la devise: « One protocol - Used by all» («Un protocole - Utilisé par tous»).

Les principes de la VAR

La VAR ne peut aider l'arbitre qu'en cas d'erreur claire et évidente ou si l'arbitre a négligé un incident grave. Si cette condition est remplie, la VAR ne peut assister l'arbitre que dans les quatre situations suivantes:


Les buts et les infractions qui précèdent un but


Le but a-t-il été immédiatement précédé d'une infraction aux règles par l'équipe qui attaque ? Une faute ? jeu avec les mains ? Hors-jeu ? Le ballon est sorti du terrain?

Incidents liés à des cartons rouges

Voies de fait (dans le dos de l'arbitre), faute de dernier recours, jeu grossier. (Attention: n’inclus pas les cartons jaunes-rouges!)

Décisions relatives aux penalties et infractions qui précèdent un pénalty

Pénalty correct ? Pénalty incorrect ? Violation des règles à l'intérieur ou à l'extérieur de la surface de réparation ? Y avait-il une faute de la part de l’équipe qui attaque ? Le ballon est sorti du terrain?

Identité érronée

L'arbitre donne un carton jaune ou rouge au mauvais joueur.


Dans toutes ces situations, la VAR n’entre en jeu qu'après que l'arbitre ait pris une décision (y compris la décision de reprendre le jeu) ou si un incident grave a été «négligé», c'est-à-dire non remarqué par les officiels du match.

Il convient également de noter que, malgré l'intervention de la VAR, c'est toujours l'arbitre qui prend la décision finale sur le terrain. Il doit aussi toujours prendre une décision, indépendamment du fait que la VAR le soutient. C'est toujours l'arbitre sur le terrain qui peut initier une révision. La VAR ne peut que lui recommander une révision de décision. Toutefois, la décision initiale de l'arbitre ne sera révisée que si la vidéo montre sans aucun doute que l'arbitre a commis une erreur manifeste.

En principe, il n'y a pas de limite de temps pour une révision, car l'exactitude est plus importante que la rapidité. Si le match se poursuit et que l'incident est examiné avec retard, toute sanction disciplinaire imposée entre-temps restera en vigueur (à l'exception du jaune pour la faute tactique et du rouge pour la faute de dernier recours). Si le jeu a repris après un incident, une situation ne peut plus être revue (sauf en cas d'agression ou de comportement antisportif grossier).

L'objectif de tous ces principes est de rendre le jeu plus équitable et plus juste. Cependant, il est impossible de parvenir à 100% de justesse dans toutes les décisions, car cela détruirait le jeu et les émotions du football.

La maxime est la suivante: «Minimum interference – Maximum benefit» («Interférence minimale - avantage maximal»).


International Football Association Board (IFAB)

L'International Football Association Board («Conseil international du football association») est l'instance qui détermine et fait évoluer les règles du jeu du football. Elle est composée de représentants de la Fédération internationale de football association (FIFA), et des quatre fédérations britanniques «pionnières» du football, les fédérations anglaise, écossaise, galloise et nord-irlandaise. Lors des prises de décisions, la FIFA a quatre voix et les fédérations britanniques une voix chacune. Les décisions de l’IFAB sont approuvées lorsqu’elles recueillent au moins six voix.

Testimonial

«La RSL doit rester une ligue dynamique, innovatrice et compétitive. Le football devient de plus en plus rapide et dynamique. C'est pourquoi les responsables du jeu dépendent du support technique.»

Claudius Schäfer (CEO SFL)

Principes de la VAR (IFAB)

  • La technologie vidéo sera utilisée uniquement pour corriger les erreursclaires et en cas d'incidents graves non décelés dans des situations bien définies susceptibles de changer le cours d'un match.
  • La décision définitive sera toujours prise par l'arbitre.
  • Les arbitres assistants vidéo (VAR) sont des officiels de match et les informations qu'ils fournissent à l'arbitre principal doivent être traitées par ce dernier au même titre que les informations qu'il reçoit de la part d'un arbitre assistant, d'un arbitre additionnel ou du quatrième officiel.
  • L'arbitre principal doit toujours prendre ses décisions sans tenir compte del'existence de l'arbitre assistant vidéo, ce qui signifie qu'il ne peut pas choisir de ne pas prendre de décision et d'attendre les informations de l'assistant vidéo.En de rares occasions, lorsque la sanction à appliquer - carton jaune ou rouge - ou l'identité du fautif ne sont pas claires, l'arbitre pourra consulter son assistant vidéo.
  • La décision initiale donnée par l'arbitre ne sera pas modifiée à moins que la séquence vidéo visionnée indique avec certitude que la décision étaitclairement erronée.
  • Seul l'arbitre peut initier un visionnage; le VAR (et les autres officiels dematch) peuvent uniquement recommander un visionnage à l'arbitre.
  • Quel que soit le processus de visionnage, il n'existe aucune contrainte de temps dans la mesure où l'exactitude de la décision est plus importante quela vitesse à laquelle elle est prise.
  • Les joueurs et les officiels d'équipe ne doivent pas entourer l'arbitre, ni tenter d'influencer l'initiation d'un visionnage, le processus de visionnage ou la décision finale. Un joueur faisant signe à l'arbitre d'initier le visionnage d'une décision sera averti (CJ).
  • Dans la mesure du possible, l'arbitre doit rester «visible» pendant le processus de visionnage pour assurer une certaine transparence.
  • Si le jeu continue après un incident qui est ensuite visionné, toute action disciplinaire prise/requise pendant la période après l'incident n'est pas annulée, même si la décision initiale est modifiée (à l'exception d'un avertissement/une exclusion pour avoir stoppé une attaque prometteuse ou avoir annihilé une occasion de but manifeste).
  • Il existe une période maximale avant et après un incident durant laquelle l'incident peut être visionné.
  • Dans la mesure du possible, le protocole du VAR tend à respecter les principes et la philosophie des Lois du Jeu.

Demandes des médias

Head of Communications

Philippe Guggisberg

Tél direct: +41 31 950 83 66
Mobile: +41 76 582 22 58
E-Mail